eBike : Première sortie avec le Moustache Race 8

Comme expliqué dans un précédent article, j'ai commandé chez dVelos à Annecy, un Moustache Samedi 27 Race 8. La livraison étant prévue pour le mois de Mai, je m'étais armé de patience, jusqu'à ce que le téléphone sonne au début du mois de Mars : C'était dVélos. J'ai du me retenir pour ne pas hurler de joie au téléphone. Un client qui avait commandé exactement le même vélo que celui que je voulais, un Race 8 en taille L, c'était décommandé, préférant avoir son vélo plus tard... Est-ce que j'étais intéressé ?


La livraison du vélo...




J'ai été récupéré le vélo Samedi 11. Quand le préparateur me l'a amené et que j'ai pris le guidon, j'étais vraiment comme un gamin de 8 ans devant son premier vélo. On a fait un rapide tour du propriétaire, comment enlever la batterie, quelques explications sur le fonctionnement de la commande Purion, sur la façon d'avancer le dérailleur arrière pour pouvoir retirer la roue et en avant la musique . Un petit passage à la caisse, pour se délester du solde de la commande et hop, j'accroche le vélo sur le porte vélo puis direction la maison.



Ca c'est du SMS !!! Dommage que la suite ne soit pas aussi flatteuse pour dVélos....



Une fois arrivé, je décroche le vélo et me décide pour faire un tour du pâté de maison, pour voir. Au bout de 20 mètres, je me rends compte que quelque-chose ne va pas... La vitesse ne s'affiche pas et par contre j'ai rapidement une erreur 503.... Ça commence mal, je peste contre dVélos, mais vu l'heure, il n'y a plus personne au magasin. En cherchant un peu, je me rends compte que l'aimant du capteur de vitesse n'est pas bien placé. Je le remets comme il faut et évidemment cela fonctionne... Ouf ! Un peu plus tard dans l’après midi, j'appelle dVélos, histoire de vider mon sac. Le technicien certifie évidemment qu'il avait vérifié le vélo et que l'aimant a du bouger après.... Sans commentaire...

Premier roulage


Dimanche matin, je me prépare tôt pour aller faire un petit tour dans les environs de Chignin, ou réside mes beaux-parents. 

Il fait sec, mais pas bien chaud et un bon petit vent souffle. J'ai réglé rapidement hier la pression de l'amortisseur et de la fourche. Je fixe le garmin et en avant la musique. 

Le tour débute par du goudron et de la piste tranquille dans les vignes. Ce sont mes premiers kilomètres avec une assistance Bosch. Et j'avoue que je suis vraiment enthousiaste. Plus progressive et onctueuse que l'assistance Yamaha. Il faut dire aussi qu'il y a quatre niveaux d'assistance ce qui explique un peu cette sensation. Mais même en mode Sport, qui correspond en gros au mode "Std" de l'assistance Yamaha, je sens plus de progressivité. On pourra dire que l'assistance Yamaha est un peu plus "brutale" que la Bosch qui est plus progressive.

La position sur le vélo est nickel, le cadre est un poil plus petit que celui de mon Haibike et je me régale dans la conduite du vélo. Je suis moins enthousiaste sur les poignées qui sont un peu trop dures à mon gout et sur la selle qui n'est manifestement pas adapté à mon "anatomie".

J'attaque une petite descente facile dans la caillasse, je vélo ne bronche pas et la fourche Fox 36 est impressionnante de rigidité et d'efficacité.

Les freins Magura ont un touché assez ferme par rapport au Saint du Haibike. Mais ils font parfaitement le boulot. Il faudra juste que je diminue un peu la garde, car le levier est un peu trop loin du guidon. A voir à l'usage et en utilisation soutenue comment ils se comportent sur de longues descentes.

Je note que je dois plus jongler avec les niveaux d'assistance qu'avec le Haibike. Je pense que c'est du au fait que je suis en mode découverte du comportement de l'assitance Bosch. Je "zap" entre les modes "Eco", "Tour" et Sport.

La commande du dérailleur est super précise (Shifter et dérailleur SRAM), ça claque et les vitesses passent nickel, quel plaisir. Le Haibike SDuro avait un double plateau. Et cela avait été une des raisons de l'achat de ce vélo. En fait à l'usage on se rend compte que cela ne sert pas vraiment. Dans les chemins on est tout le temps sur le petit plateau. Avec l'assistance Bosch, un seul plateau et un donc une commande en moins sur le guidon ce qui simplifie la conduite du vélo. La plage d'utilisation des vitesses est largement suffisante avec 14 dents à l'avant et une cassette 11-46. Peut-être, en descente sur le goudron on aimerait avoir un peu plus de dent, mais c'est une utilisation marginale.

La selle télescopique est sans reproche, la commande a câble réagissant sans délai.

Rien à dire sur les pneus, des Maxxis Rekon en 2.8, le terrain est sec et pierreux dans les vignes puis terreux un peu plus bas, ils offrent une "tenue de route" parfaite. A retester toutefois dans un environnement plus "bouillasseux".

J'ai l'habitude de rouler avec un GPS sur la potence, j'ai donc demandé d'avoir une commande Purion  plutot que l'Intuvia fournie de base. La commande Purion est parfaite et tout à fait ergonomique, je ne comprends pas les réticences du vendeur de chez dVélos qui me conseillait plutôt de conserver l'Intuvia. Un appui "normal" sur les boutons "plus" et "moins" permet de changer le niveau d'assistance. Un appui "long" sur le bouton "moins" permet de "switcher" entre les différents mode d'affichage de la partie inférieure. Mode d'assistance, distance totale,  journalier, vitesse moyenne. La vitesse est toujours affichée dans le haut de l’afficheur. Les légendes sont en anglais, mais cela ne pose pas de problème, les chiffres étant suffisamment significatifs pour que l'on comprenne instantanément à quoi ils correspondent.

Je divague dans les chemins de Saint Jeoire Prieuré. Le seul petit passage un peu technique est avalé sans problème, c'est vraiment nickel. Je rentre en faisant un petit crochet par les tours de Chignin ou je mitraille à tout va le vélo et les montagnes.

Je rentre tranquillou, avec la maxi banane...

Conclusions


Ce test est toutefois un peu limité et je ne peut explorer qu'une toute petite partie du potentiel de ce vélo, car je me force a y aller mollo. Je sors d'un mois de mal de dos, avec des lombaires en vrac, donc il faut que je me ménage, si je ne veux pas que ça recommence...

Quel plaisir de rouler avec un tel vélo. A part les poignées et la selle, tout le reste ne souffre d'aucune critique et ce vélo a vraiment un comportement parfait. Il ne me reste plus qu'a le tester en mode un peu plus velu, d'ici quelques semaines....

Photos





Dérailleur SRAM GX 11 - Cassette en  11-46, 



Le massif des Belledonne au fond

Le Granier, toujours debout !













Par ordre d’apparition à l'écran : Un Race 8, Le Mont-Saint Michel et au fond La Croix du Nivollet












Commentaires

  1. Voilà une belle machine, régales toi bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut !
      Effectivement c'est un (trop) beau joujou. Reste plus qu'à l'apprivoiser... 😀

      Supprimer
  2. Bienvenue au club ! J'ai pris possession de mon Lapierre Overvolt AM 700 CARBON chez dVélos vers la mi-février. Mauvaise surprise : le compteur ne fonctionnait pas. Il s'est tout simplement avéré qu'aucun aimant n'était monté sur ma roue... No comment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut.
      C'était à Annecy ? En tout cas c'est vraiment pas sérieux... Sur des vélos de ce prix.... 🙄

      Supprimer
    2. c'était effectivement à ANNECY...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Comparatif des tailles de roues VTT : 26, 27.5 ou 29 pouces

eBike : Comparatif moteurs Bosch vs Yamaha

eBike : Test du Haibike SDURO AllMtn RC 2015