mercredi 7 septembre 2016

eBike : la "Petite" Traversée du Vaucluse

Et voila, de retour au bercail après 3 jours de vélo dans le Vaucluse sur une petite partie de la Grande Traversée. Nous étions deux : Mon beau frère Ludo sur son Rocky-Mountain "sec" et moi avec mon Haibike électrifié. 

Une magnifique ballade, correspondant en tout point à ce que nous attendions : Paysages somptueux, single track à gogo, descentes d'anthologie, marrades en tout genres, bonnes bouffes et pas de galères. Que demander de mieux ? Peut-être une ou deux étapes de plus ?

La veille et l'avant veille du départ

Nous partons avec Sophie rejoindre Ludo à Voreppe. Après un bon dîner "en famille" où nous sommes envahis par les papillons issus des chenilles qui saccagent les buis, Sophie rentre à Annecy et me laisse avec Ludo. Le lendemain matin, goto Malaucène, qui sera notre point de départ de la GT84. Après une pause à Valence, on prend le chemin des écoliers. Une visite à la Brasserie Markus à Saou, puis Nyons, ou on fait le plein d'huile et de vin locaux. On arrive au Gîte des Tournesols vers 18h00. Un endroit bien sympa. Après les habituels préparatifs des vélos pour le lendemain et une bonne douche, direction la grande salle à manger du gîte, pleines de dépliants de vélo, de journaux de VTT et de tee-shirt Egobike. Apéro bière : Une bonne Chouffe pour moi. Coup de fil aux services de protections des incendies et nous voila rassuré, le secteur des dentelles de Montmirail est "ouvert" et donc nous pourrons le traverser demain malgré les forts risques d'incendie de ce mois de Septembre 2016, Ouf... Nous avions un peu "serré les fesses" au début de la semaine en apprenant que l'accès à tous les massifs Vauclusien était interdit (voir plus bas)
Après un excellent repas arrosé de Beaumes de Venise nous filons... au dodo, car demain on bosse, enfin on pédale...

Premier jour (Jeu. 8/9) : Malaucène - Bedoin : "Les Dentelles devant, le Ventoux derrière"

Réveil de bon matin. Super petit déjeuner. On remplit les "gourdasses" et "vamos". Il fait encore frais, le soleil se lève, ça va être une grande journée. Sur les conseils de Fred Roche, le concepteur/responsable de la GT84, on "shunte" une première montée raide et caillouteuse par une petite route. Le goudron c'est bon pour se chauffer. Une première pause photo au Col de la Chaîne, puis on quitte la route pour un petit single sur la droite qui ne va pas nous lâcher pendant un bon moment : Top chouette. Un peu de piste pour passer derrière la Crête de Saint Amand. Encore quelques photos. La vue sur les Dentelles est magnifique. Une descente maxi caillouteuse pour arriver au dessus du Village de Suzette (Non !! ne pas penser à la chanson de Dany Brillant). Un peu de goudron, un petit bout de single et puis de la piste nous amène en dessous de la Chapelle Saint Christophe. La vue est top classe sur les dentelles et en contre bas dans les vignes, on voit que les vendanges ont commencé... Tant mieux !!! On continue en traversant de petits villages forts sympathiques : Lafare et La Roque d'Alric. Encore du single pour arriver à l'écluse de Falque : Une petite retenue d'eau dont l'accès est interdit depuis le chemin. Pas la peine de s'énerver, le lac du Paty n'est plus très loin. Un bon poussage en montée sur des rochers pour rejoindre le village "Le Barroux", ou on se décide à faire une pause bière. Un chouette hôtel-restaurant "Aux géraniums" nous tends les bras et il nous faut un gros effort de volonté pour ne pas craquer et manger là bas. Une autre fois ? On repart dans un chemin bien raide et tout pourri pour tomber sur une vingtaine de marches en béton qui domine la route : Ce n'est pas un super passage, pourquoi ne pas avoir pris la route ? En face, on prend une succession de singles bien sympa (et bien montant) qui nous amène au lac du Paty. On fait un gros plouf dans l'eau bien fraiche c'est le top. On reprend la piste le long du lac qui se transforme en un chemin méga pierreux ou je me prends une boite, heureusement sans bobo. Je me calme de suite. On retombe sur la route que l'on suit pendant quelques centaines de mètres, en suite c'est à gauche toute, sur une piste qui longe un camping. Il fait vraiment chaud et la journée de vélo à été bien longue. Je crève de l'avant sur cette piste, mais magie du tubeless, le trou se bouche et je peux continuer après un petit coup de pompe. Après un chouette passage dans des ocres, on arrive sur Bédoin vers 15H00. Une grosse douche, et ensuite en mode farniente : Piscine, pétanque, apéro... Une chouette journée de plus.

De bon matin, on en prends plein les mirettes



Le Ventoux au fond : C'est encore loin....

Single de rève..



Nos fiers destriers au repos



Le lac du Paty : Un gros plouf s'impose

Triste



Deuxième jour (Ven. 9/9) : Bédoin - Aurel : "A l'assaut du Ventoux"

C'est le grosse étape de cette traversée. La montée au Chalet Reynard par la piste des graviers blancs est longue, longue, longue. Il faut serrer les dents sur les 500 premiers mètres de D+ car il y a réellement de la pavasse de partout, ce qui oblige constamment à choisir la bonne trajectoire. Une fois passé ces 500 premiers mètres, ça ce calme : Moins de cailloux et la piste est plus roulante. Apres le passage sous le Jas des Pelerins, la piste devient "plate" et roulante.
Le conseil de base est évidemment de partir tôt et de prendre de l'eau en quantité (il n'y a rien pour faire le plein avant le chalet). Par contre la montée progressive permet de bien profiter des paysages. Nous avons croisé très peu de monde pendant la montée. Deux sangliers, qui ont détalé en nous voyant arriver et 3 vététistes anglo-saxons équipés de 29 pouces BMC en carbone semi rigide qui montaient comme des avions. Le choc, en arrivant au Chalet Reynard, est brutal après la longue période de calme de la montée. Il y a plein de monde de partout et la terrasse du chalet est pleine. On remplit nos bidons sur la gauche du chalet dans les toilettes. Gentiment on m'autorise à recharger une batterie. Pendant ce temps, on se siffle une grosse bière avec un suisse qui a un vélo électrique "de la mort"... Une batterie de 10 kilos et une vitesse de pointe de 60 Km/H, il suit sa fille qui elle grimpe en vélo de route. Après un court délibéré, on décide de continuer jusqu'au sommet par la route. A mon avis, la montée par la route jusqu'au sommet est un calvaire, il fait chaud, il y a plein de "routards" de partout en costume de tour de France... Pas trop ma tasse de thé. J'essaye d'attendre Ludo au début, puis je craque... Je sors le casque bluetooth du sac, met Pink-Floyd dans le téléphone et je monte en mode STD jusqu'au sommet... La vue est magnifique, mais trop de monde, trop de monde. J'attends Ludo, qui monte à son rythme. Depuis ce matin on en est à environ 1600 D+, ça commence à faire... Une énorme bière au bar restaurant sous le sommet, quelques selfis et une fois que Ludo à un peu récupéré, on repart, direction la crête pour entamer la descente. Le début est vraiment caillouteux, j'essaye de conserver de la vitesse mais c'est vraiment "pavasses Land". Avant le Pas de la Frache on quitte l'itinéraire enduro pour rattraper par un bout de route le tracé de la GT84. Un peu de piste et nous voila au col de la Frache. Un single nous appelle.Le début est un peu raide et étroit, ensuite ça va mieux, mais c'est pas large. Interdit de tomber par là.... On retombe sur une piste que l'on va suivre un bon moment, jusqu’à la Tune (ne chercher pas, aucun billet ne traîne par terre). Ensuite un vilain bout de goudron sur une petite route désaffectée, puis encore de la piste, pour arriver à LA descente de la journée sur Aurel. Du single, maxi joueur, freinage, virage, pas trop de caillasse, bref le bonheur. On arrive sous le village d'Aurel. Un peu de goudron pour remonter jusqu'au centre du village. Nous passons la nuit au "Relais du Mont Ventoux", un petit hôtel planté au milieu du village (qui n'est pas bien grand). Une bonne douche puis apéro, dîner copieux et top bon et ensuite dodo.


C'est parti pour une longue séance de pédalage

C'est la pause !

Petit à petit on s'élève...



Ludo en plein effort

Sommet en vue, un peu avant d'arriver au chalet Reynard


Depuis le sommet

Ca, c'est fait...

Sur la crête....

Caillasses land

Salut le gros copain vert !!!

Vue depuis la face nord du Ventoux

Le départ de la descente sur Aurel.... Trop belle !!!

Troisième jour (Sam. 10/9) : Aurel - Saint Saturnin-d'Apt

"Grasse matinée" ce matin. L'hôtel ne servant pas de petit déjeuner avant 8 heures, on est "obligé" de dormir un peu plus longtemps. Départ en montée dans le village d'Aurel, puis à droite et hop dans un single tout sympa. La journée commence bien ! On arrive rapidement à Sault; j'entends de grand cri derrière moi. C'est Ludo qui a crevé de l'avant. On change rapidement la chambre à air et hop on repart. Une jolie traversée dans la campagne, ou on assiste aux "ébats" d'un parapentiste à moteur, lui au moins, il n'a pas mal au c.. Traversée du petit village de Monnieux pour arriver à l'entrée des gorges de la Nesque. C'est vraiment un chouette passage : De hautes parois qui dominent et entre deux, au fond le Ventoux.. Top class. Le parcours est tout en single qui tournicote, avec de sévères coup de cul dans les pavasses. Je m'amuse à essayer de passer en force avec l'aide de l'assistance et je m’aperçois que ça passe aussi. Il y a quand même des passages un peu "ardosse" ou je descend de vélo. La sortie des gorges est violente, dans un raidard ou même l'assistance en mode "Turbo" demande grace. Pied à terre et on pousse "sous la cagnasse et dans les pavasses"... On continue à rouler sur des pistes. Il fait vraiment chaud et le niveau de nos gourdasses baisse à vitesse grand V. Ca roule sur une petite piste étroite mais toute droite pendant un long moment, qui traverse "Le Fargoulier". On retombe sur la route pour une réunion de crise : Quasiment plus d'eau et en scrutant les cartes aucun village aux alentours... Ca craint... En même temps depuis le départ, on n'a pas croisé une fontaine, une source ou un troquet.... Bon ben... On verra bien. On tombe heureusement sur une grosse bâtisse, avec une voiture garée devant, vers "Sus Rousset". Après avoir toqué à la porte puis appelé, des gens supers gentils viennent nous ouvrir et propose spontanément de remplir nos gourdes. On boit un grand verre d'eau bien fraîche en discutant. Ils retapent cette grande bâtisse depuis des années et en on encore pour a peu près autant de temps... L'endroit est vraiment tranquille... Ca fait envie... On repart sur des pistes pour retomber sur de la route. Une longue montée ou on s’aperçoit que l'on s'est trompé d'itinéraire. Nous devrions être sur la piste en dessous qui est au fond de la "Combe Croc". Nouvelle réunion du conseil de crise : Tant pis pour la trace on continue sur la route on pourra rattraper plus tard. Effectivement, en haut de la cote, le GR part à droite et retombe sur le parcours. Un peu plus loin une longue ligne droite traverse des champs de lavande. Il flotte encore dans l'air le parfum. On arrive au "Aiguiers de Travignon" et on se dit que l'eau devait être une denrée bien précieuse pour que l'on de se donne tout se mal pour la retenir... Après le passage dans les ruines du village de Travignon, débute LA descente, au début un peu chaotique, étroite et sinueuse puis de plus en plus joueuse, c'est du grand VTT dans la combe de Freissinière... Quel pied ! Au sortir du single montant à gauche sur une piste. Les efforts en valent la peine, car un single part à gauche pour une nouvelle descente d'anthologie.... Dommage que la fin soit un peu moins à la hauteur, car les deux sections de descente valent, c'est sur, le déplacement à eux seul.
On se laisse ensuite porter jusqu’à Saint Saturnin d'Apt, ou nous attends la grande bière finale. Même si on est claqué par cette dernière étape pour nous, on a la maxi banane car c'etait vraiment trois jours exceptionnels.

C'est pas du bidon la GT84

Single au départ d'Aurel

Crevaison pour Ludo

L'entrée dans la gorge de la Nesque








Les falaises des Gorges de la Nesque avec le Ventoux au fond : Beau !!!

Ancienne ferme de Lausemolan




SingleTrack à goto



Au fnd le Mourre Negre qui domine le LubEUron


Vététiste content

Inside the Borie


Les aiguiers de Travigon (réservoir d'eau)


Le début du bonheur


Conclusions


Le tracé

Un peu de petite route, pas mal de pistes et du singletrack... Evidemment on aimerait en avoir encore plus !!! Le balisage est parfait et doit permettre de se passer de GPS. Quelques descentes d’anthologie sur les trois étapes que nous avons faite : La descente sur Aurel, la descente sur Saint Saturnin d'Apt par la combe de la Freissiniere (qui est vraiment jouissive) puis dans une moindre mesure la dernière descente qui oblige a une remontée raide sur une piste en plein cagnard... Le début de cette descente est sensationnelle, la fin un peu moins. 
Le tracé de la GT84 ne passe pas par le sommet du Mont Ventoux. Faire un crochet par le sommet est possible : Depuis le Chalet Reynard, c'est du goudron jusqu'au sommet. Ambiance genre tour de France garantie... Personnellement je ne suis pas un grand fan. La vue au sommet est évidemment hors norme, mais le monde qu'il y a, gâche le plaisir. La descente depuis le sommet est caillouteuse à souhait. C'est le début du parcours balisé enduro qui descend jusqu'a Bédoin. Au pas de la Frache quitter la descente enduro pour rester sur une petite route. Guetter une piste qui part à gauche avec une barrière : On retombe sur le trace de la GT84. Cela fait à mon avis une grosse étape, pres de 1900d+ pour une grosse cinquantaine de kilometres.... A voir pour vous si le jeu en vaut la chandelle...
La constante du parcours, c'est les pavasses. Sous toutes les formes : Des gros, des petits des arrondis des qui coupent. Prévoir des gros pneus et du matériel de réparation. Le secret étant me semble t'il de garder assez de vitesse pour "survoler la pavasse"....
Ce parcours est vraiment orienté VTT et on sent que le concepteur a été recherché des petits singletrack bien planqués. 
C'est vraiment un parcours sensationnel et je recommande vivement à ceux qui le peuvent de se lancer dans cette grande traversée du 84


Le parcours en eBike

Le début de la première étape est "déconseillée" au eBike, car il y a une dizaine de minute de portage obligatoire au début. Cette partie peut être shuntée par la route. Nous avions décidé de supprimer purement et simplement cette étape pour des questions de planing. Je le regrette un peu car les paysages du Ventoux en face nord on l'air magnifiques et bien différents de ceux de la face sud.
Dans la deuxième étape, il y a un portage court en descendant une vingtaine de marche d'escalier. Puis deux poussages raides mais très court un peu avant/après"Le Barroux". 
Pas de problème dans la troisième étape. A part une épingle compliquée avec un gros vélo lourd au début de la descente après le col de la Frache.
Un court passage dans les Gorges de la Nesque. Un poussage dans une section bien raide pour sortir des gorges. Une autre courte section de poussage un peu plus loin.
Bref rien de bien long pour les étapes ou nous avons roulé. Pour les étapes suivantes je n'ai pas d'info.


L'autonomie des batteries

Vu la longueur des étapes et le dénivelé, je suis parti avec avec deux batteries et un chargeur pour le soir. 
J'ai fait l'étape Malaucene-Bedoin avec 140% des deux batteries. La deuxième étape Bedoin-Aurel avec un crochet par le sommet du ventoux avec 120%. Rouler en mode ECO sur la piste des Graviers Blancs est bien un peu long et pénible, mais bon. Je suis arrivé au Chalet Reynard avec 20% restant. Il est possible de faire une petite recharge au Chalet en demandant gentiment et en consommant. J'ai récupéré 20% d'autonomie le temps de boire un grand demi. Ensuite en mode STD sur la route du sommet je suis arrivé avec 8% restant en haut. J'ai vidé la première batterie sur la crête du Ventoux et je suis arrivé à Aurel avec 80% de ma deuxième batterie.
Dans la troisième étape, ma première batterie était vide après "La Tour" dans les grands champs de Lavande. 
La solution de partir avec deux batteries et le chargeur est coûteuse en poids. La deuxième batterie dans le sac ajoute 3 kilos sur le dos. J'ai rangé le chargeur dans une pochette au guidon. 
A chacun de juger en fonction de sa façon de rouler. Partir avec une seule batterie et faire des pauses recharges semblent compliqué, vu les temps de rechargement et le fait que certaines des étapes se déroulent intégralement dans la "pampa".



Sur l'organisation

En ce qui concerne, l'intendance (Couchages, transports de bagages, taxis), il y a des infos dans le guide VTOPO et sur différents sites. 
Le créateur et le "patron" de cette grande traversée, Fred Roche, peut-être joint au 0490203233. Je l'ai contacté pour avoir des infos sur les risques d'incendie. N'hésitez pas à le faire aussi, c'est vraiment quelqu'un de passionné par ce qu'il fait et qui pourra certainement vous aider. 
L'intendance peut également être assurée par différents prestataires. Par exemple, Olivier Brunaud d'Egobike. Contacté par mail, puis au téléphone pour des devis, nous n'avons finalement pas fait affaire, mais au téléphone, il y a quand pris de son temps pour me donner moult conseils sur l'itinéraire. Encore une personne bien sympathique.
La région regorge de gite, de camping et d’hôtel, ce n'est pas bien compliqué de trouver un endroit ou dormir.

Pour info, j'ai choisi les 4 couchages suivants :

Malaucene : Gite "Aux Tournesols"
Bedoin : Village vacances "Les Florans"
Aurel : Hotel "Le relais du Ventoux"
Saint Saturnin d'Apt : Camping "Les Chênes Blancs"



Sur le "choix dans la date"

Le guide VTOPO de la GT84 (Indispensable) déconseille d'effectuer cette traversée en été pour cause de GROSSES chaleurs (voir de franches cagnasses) et préconise plutôt le printemps ou l'automne... Le choix est délicat. Je pensais que le mois de Septembre pouvait être un bon compromis. C'était sans compter sur les températures et la sécheresse enregistrées dans le Vaucluse depuis Mai 2016....

A prendre en compte deux facteurs avant de bloquer des dates :
  • En cas de risques d'incendies majeurs, l'accès à l'ensemble des massifs du Vaucluse, peut-être tout bonnement interdit par le préfet. C'est ce qu'il s'est passé le Lundi 5/9. Dans ce cas là, il ne reste plus que ces yeux pour pleurer. Inutile de penser y aller quand même, au delà de l'aspect risque, Les amendes sont lourdes (prés de 1000 euros parait-il)...Toutes les infos sur les niveaux de risques, sur les découpages des massifs sont ici : Services de protections des incendies
  • L'ouverture de la chasse : Le Dimanche 12 Septembre cette année. Au vu de l'étendu des massifs et de l'ardeur de nos amis chasseurs en début de période, il me parait prudent d'éviter cette période...


A la mode "BikePacker" : Ce que j'emmène